L’OHADA : aspects institutionnels
15992
post-template-default,single,single-post,postid-15992,single-format-standard,bridge-core-1.0.4,translatepress-fr_FR,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,vss_responsive_adv,vss_width_768,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-18.0.8,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

L’OHADA : aspects institutionnels

L’OHADA : aspects institutionnels

Cher lecteur, chère lectrice,

l’objectif des lettres d’information d’Oro Africa est de vous présenter à chaque numéro un thème donné.

Le premier numéro est consacré à l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires, communément appelée « OHADA ».

Cette organisation, âgée de vingt-trois (23) années, a permis à ce que dix-sept (17) pays africains bénéficient d’un droit des affaires harmonisé. Ainsi, à Cotonou comme à Malabo, en passant par Yaoundé, les mêmes règles générales sont applicables en matière de création d’entreprises comme de recouvrement de créances.

L’OHADA a permis la facilitation des affaires, ainsi qu’une plus grande sécurité au niveau juridique et judiciaire, et ses institutions ne cessent d’œuvrer en ce sens, de par notamment l’organisation de nombreux séminaires de formation, la diffusion de textes, la mise en place d’activités de promotion de l’Organisation.

Néanmoins, des efforts doivent encore être employés au regard de la production du droit OHADA, ainsi qu’au regard de la diffusion et de la vulgarisation de ce dernier. De même, la dimension institutionnelle de l’OHADA même mériterait d’être mieux appréhendée. Cette lettre d’information se veut particulièrement axée sur ce dernier point, et nous espérons qu’elle constituera parmi tant d’autres un document qui vous permettra d’en savoir un peu plus sur cette organisation africaine d’intégration juridique qu’est l’OHADA.

Lettre d’information ORO AFRICA_Aspects institutionnels OHADA