La mise en place du marché régional de l’électricité au sein de la CEDEAO : Une étape de plus vers l’intégration énergétique
15930
post-template-default,single,single-post,postid-15930,single-format-standard,bridge-core-1.0.4,translatepress-fr_FR,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,vss_responsive_adv,vss_width_768,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-18.0.8,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

La mise en place du marché régional de l’électricité au sein de la CEDEAO : Une étape de plus vers l’intégration énergétique

La mise en place du marché régional de l’électricité au sein de la CEDEAO : Une étape de plus vers l’intégration énergétique

Objectifs poursuivis par la mise en place d’un marché régional de l’électricité

La Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a officiellement mis en place en juin 2018 son marché régional de l’électricité.

Ce marché régional a pour principaux objectifs de (i) pallier le déficit d’approvisionnement en électricité des États membres de la CEDEAO et de (ii) permettre à ces derniers de pouvoir acheter une électricité à un coût compétitif.

En effet, un meilleur accès à l’électricité, du point de vue quantitatif comme qualitatif ne peut en effet que favoriser le développement économique de la sous-région.

Une mise en place en plusieurs étapes

Le Système d’Échanges d’Énergie Électrique Ouest Africain (EEEOA – WAPP) et l’Autorité Régulation Régionale du secteur de l’Electricité de la CEDEAO (ARREC – ERERA) sont les deux principales structures chargées de développer le marché régional de l’électricité. Leurs missions consistent notamment en l’élaboration et l’adoption des règles visant à organiser et à superviser le commerce de l’électricité entre les États membres de la CEDEAO.

La mise en place de ce marché suivra trois phases ((i) échanges court terme et par voie de gré à gré entre pays voisins, (ii) continuation des échanges bilatéraux et intervention ponctuelle de l’opérateur marché, (iii) pleine et entière intervention de l’opérateur marché (suppression des frais de transit, système de tarification par zone…).

La phase 3 verra la mise en place pleine et entière d’un opérateur système marché (OSM), indépendant, qui jouera le rôle d’intermédiaire entre les vendeurs et les acheteurs, notamment en définissant à son niveau un prix marché de l’électricité. A cet effet, les travaux de construction des infrastructures de l’OSM, appelé le Centre d’Information et de Coordination de l’EEEOA (CIC), seront a priori terminés au cours du 1er trimestre 2019. Le CIC sera situé à Abomey-Calavi, en République du Bénin.

Tous ces mécanismes devraient contribuer à long terme à la baisse significative du coût de l’électricité.

Lien vers l’article écrit par Atinoukê AMADOU dans le Magazine des Affaires, Janvier/Février 2019.

Crédits : Reuters